L'histoire de Moyon

Sources: Association Guillaume de Moyon

Moyon, petite bourgade paisible fut autrefois une importante baronnie et possède de ce fait une histoire des plus intéressantes.
Le nom de MOYON d'origine celtique ou pré-celtique nous laisse penser qu'un village existait déjà à cet endroit à l'époque gauloise. Plus tard, on retrouve MOYON comme faisant partie des biens appartenant à Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, sous le nom de COUR DE MOYON.Il l'érigea en baronnie et la donna à un de ses fidèles compagnons en remerciement de son soutien pour asseoir son pouvoir en Normandie en 1027.Celui-ci prit le titre de Baron Guillaume I de Moyon.
Outre MOYON, la seigneurie s'étendait alors aussi aux actuelles communes de TESSY SUR VIRE, BEAUCOUDRAY, VILLEBAUDON, LA HAYE BELLEFONDS, LE MESNIL HERMAN et LE MESNIL OPAC. soit une surface de 6000 hectares contre 2374 aujourd'hui.Ces bourgs formaient des postes frontières, soit au sommet d'une colline, sur un plateau ou encore en bordure de rivière, MOYON étant au centre ded ce dispositif de défense naturelle.Un bois de 400 hectares venait compléter l'ensemble. Elle possédait également sa propre mesure, un Office Royal des Poids et Mesures, c'était une franche bourgeoisie avec certaines franchises et libertés, un baillage avec Haute, Moyenne et basse Justice. Il y avait sergenterie et tabellionnage (notaire) et devait au roi le service de Chevalier.
Lors de la conquête de l'Angleterre par les Normands en 1066, Guillaume de Moyon s'étant particulièrement illustré, reçut les Comtés de Dorset et Sommerset. Dans ce dernier, un château fut érigé à Dunster, face à la mer,et devint le siège de ses terres en Angleterre.
Son fils aîné lui succède sous le nom de Guillaume II, puis Guillaume III, Guillaume IV et enfin Renaud I.
Lors de l'annexion de la Normandie par la France en 1204, ce dernier, mis en demeure de choisir entre le Roi de France et le Roi d'Angleterre, renonça à ses biens en Normandie. Ceux-ci étant confisqués, il s'installa définitivement en Angleterre où ses descendants eurent un rôle important dans le pays. La lignée directe s'est éteinte en 1404.La baronnie de MOYON revint alors à la couronne de France qui la donna à son Sénéchal en Normandie.
Puis MOYON se retrouve successivement dans les familles suivantes: les Paisnel, les d'Estouteville, les Matignon, les Grimaldi. Quelques mots sur ces familles, les d'Estouteville , vieille souche normande qui remonte à la fondation du pays. Ils furent les défenseurs du Mont Saint Michel face aux Anglais en 1421, 1422, et 1424. Les Matignon dont l'hôtel du même nom était leur résidence parisienne, étaient également Comte de Thorigny, Gouverneurs militaires de Cherbourg, Chausey, Granville...Lieutenants généraux en Normandie, Baron de Saint-Lô...Les Grimaldi, Prince de Monaco, par mariage de Jacques de Matignon avec Louise Hyppolite Grimaldi, seule héritière des Monaco. Ce fut la première signature du petit Louis XV et du Régent, pour l'approbation du mariage. leur fils Honoré III de Monaco qui vécut au château de Thorigny où il élevait des chevaux, fut dépossédé de ses biens, dont MOYON, lors de la révolution française. Cependant, le titre resta à la famille princière, le Prince Albert II de Monaco est l'actuel baron de MOYON.
De ce passé historique, MOYON n'a conservé que peu de vestiges, seuls subsistent la base du clocher datant du XIIIè siècle, le mobilier et les statues de l'Eglise du XVII et XVIIIème siècle (une partie sont des reproductions de très bonne qualité) ainsi que les vitraux du choeur qui sont armoirés. L'ensemble de l'église fut fortement remanié au XIXè siècle.
On peut voir encore quelques fermes de caractères (fief) des XV et XVIè siècle qui appartenaient au château. Le premier château féodal fut détruit pendant la guerre de Cent ans (début XIV), il est encore possible de voir la motte et les douves. Le manoir qui le remplaça fut détruit à la révolution. Il possédait chapelle et colombier. Lors de la seconde guerre mondiale, le bourg, l'église ainsi que la partie supérieure du clocher furent partiellement détruits. Ces destructions eurent lieu à la libération de MOYON, qu cours de l'offensive de la 29ème Division US en direction de Vire. Selon des témoignages recueillis auprès de vétérans, cette libération fut effectuée par le 116ème régiment d'infanterie US, vraisemblablement le 31 juillet 1944. Sa base d'attache est à Baltimor dans le Maryland.
A l'image de son important passé, MOYON s'est relevé de ses ruines et son dynamisme est actuellement reconnu, notamment dans le domaine agricole.
Implanté en milieu rural, l'élevage laitier a depuis longtemps rythmé la vie de tous les jours. Autrefois, de nombreuses fermes occupaient le territoire. Devenues moins nombreuses, elles sont cependant importantes et bien structurées. La coopération agricole est multiple: GEAC, GIE...Puis un marché au cadran s'est implanté ainsi qu'un centre de collecte de lait et d'une laiterie industrielle.
Les artisans et commerçants sont bien représentés. Les soins sont assurés par un medecin et une infirmière demeurant sur place. Une maison de retraite vient compléter cette structure de soins.
Malgré la diminution considérable des agriculteurs qui entraîne une modification du caractère de la commune, MOYON agrandit son bourg par des constructions pour accueillir de nouveaux habitants ce qui a entraîné la construction de nouveaux batiments pour l'aggrandissement de l'école.
Viennent s'ajouter une vingtaine d'associations, des terrains de foot, un terrain de boules, de tennis, une salle des fêtes et des sentiers pédestres qui contribuent aux loisirs.
Tout ceci fait de ce petit bourg de 1100 habitants un endroit bien agréable à vivre et à découvrir.